S'il est un auteur qui a bercé mon enfance, c'est bien Jean Tabary. Bien avant Hugo Pratt ou Franquin, ses Corinne et Jeannot, Totoche ou encore Valentin le vagabond ont égayé mes dimanches matin, jours où mon père rentrait du marché avec Mickey et Pif Gadget sous le bras. Je me précipitai alors sur le 4e de couverture qui était très souvent occupé par une planche des Jeudis de Corinne et Jeannot (eh oui, j'ai connu le "jeudi" comme jour chômé pour les enfants !)

Enfant, qu'est-ce que j'ai pu rêver passer mes vacances à la campagne, en compagnie de Totoche, le gamin de Belleville, et de toute sa bande de joyeux lurons...

J'ai rencontré Jean Tabary à plusieurs reprises et ai eu la chance, avant son accident cérébral de 2004 dont il ne s'est jamais véritablement remis, de faire dédicacer des collections complètes de son œuvre à chacun de mes enfants. La dernière fois, c'était à Paris, lors d'un Nöel des animaux de la SPA. Il y a vait deux stars ce jour-là : lui et Loana, celle de la piscine. Jean Tabary était toujours surpris de ma préférence pour Totoche ou Corinne et Jeannot, plutôt que pour sa "star" Iznogoud qui n'a jamais été ma tasse de thé (à la menthe).

Jeudi dernier, Jean est parti retrouver Goscinny, scénariste de ses premiers albums, et tant d'autres grands de la bande dessinée. Ils doivent être en train de prendre l'apéro à cette heure-ci...