Décidément, il se passe de drôles de choses dans le 13e, plus particulièrement dans l'école élémentaire de deux de mes enfants.

L'an dernier, déjà, Igor avait "perdu" sa maîtresse en cours d'année, victime d'un drôle de virus : le spermatozoïde.

Cette année, c'est Grichka qui va perdre la sienne, victime elle aussi du même virus.

Inutile de vous préciser que le directeur de l'établissement a vite été soupçonné d'avoir inoculé (en un seul mot) le mal. Fort heureusement, après vérification de son emploi du temps, il a été lavé de tout soupçon.

Si encore c'était les plus moches et les plus rébarbatives des maîtresses qui nous quittaient de la sorte.

Mais non, bien sûr, dans le cas d'une institutrice revêche, l'élève ne s'attache pas et on se fout complètement qu'elle aille faire souffrir SON futur gosse. Après tout, c'est le sien, elle en fait ce qu'elle veut.

Dans le cas qui me préoccupe, il semblerait que ce soit plutôt une grande perte, également pour les papas à la sortie de l'école....

profsexyblog_copie_1

Bon, ceci dit, on comprend un peu le virus...

Blague à part, mesdames les institutrices, j'ignore si c'est la joie de la rentrée qui met votre libido en branle (passez-moi l'expression) mais pensez un peu à vos futurs élèves "orphelins" de leur maîtresse après à peine 3-4 mois d'école et qui vont se retrouver avec un nouvel enseignant aux méthodes et caractères différents.

En bref, idéalement, les futures institutrices de cette école devraient penser à faire plutôt leurs galipettes en octobre-novembre pour ne pas géner nos petites têtes blondes (selon l'expression toujours pas politiquement correcte) dans leur scolarité.

Non, mais !...

7b2c15eu