Ce soir, je vais me rendre à l'inauguration de l'exposition "Paris fête les 150 ans de ses arrondissements" qui se tiendra à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Le journal Le Parisien lui consacre un article dont voici le texte :

La capitale célèbre les 150 ans de ses vingt arrondissements à travers une grande exposition qui se tient à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, inaugurée aujourd’hui. Des conférences et des promenades urbaines sont également organisées par les mairies d’arrondissement. L’occasion pour les visiteurs de revivre l’histoire passionnante de l’extension de , à travers des documents qui ont échappé à la destruction, des films, des tableaux et des photographies.

L’exposition remonte à l’histoire des fortifications, construites en 1840. « Paris voulait se doter d’une défense militaire, rappelle Florence Bourillon, l’une des deux commissaires de l’exposition. Mais pourquoi a-t-on choisi de le construire à cet emplacement? A l’époque, on voulait protéger les populations et on n’a pas hésité à créer des coudes pour englober celles qui vivaient à Belleville et Auteuil. On voulait aussi préserver à l’intérieur des nouvelles limites les zones de cultures afin de nourrir les Parisiens en cas de siège. »

C’est le 16 juin 1859 que la loi prévoyant l’extension des limites de Paris jusqu’au pied de l’enceinte fortifiée est promulguée. Grenelle, Vaugirard, Bercy, Charonne, Belleville, La Villette, La Chapelle, Montmartre, Les Batignolles, Passy et Auteuil, des communes situées entre le mur des Fermiers généraux et les fortifications de Thiers deviennent des arrondissements parisiens. Leur nombre passe de douze à vingt. Sous le second Empire, Paris double sa superficie et gagne près de 350000 habitants.

Il faut alors engager une réorganisation administrative. La nomenclature des rues est revue, la carte des paroisses redessinée, de nouvelles églises construites et les moyens de transport créés. Mais Paris mettra quarante ans pour urbaniser ce nouveau territoire.

Les visiteurs découvriront la vie au pied de l’enceinte. Ce territoire, qui échappait à l’octroi (sorte de péage), était peuplé de plus de 400000 chiffonniers, marginaux mais aussi d’ouvriers n’ayant pas les moyens de se loger dans Paris. Il y avait des cabanes et des jardins. C’est en 1919 que la décision a été prise d’abattre le mur. Et il faudra attendre Vichy pour que les populations précaires installées au pied de cette zone soient expulsées. Le mur d’enceinte détruit en 1926, Paris découvre la banlieue. « Il y a déjà eu un Grand Paris. Il a été créé en 1860 sous le second Empire », souligne Annie Fourcault, l’autre commissaire de l’exposition.

Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 24, rue Pavée (IVe), Mo Saint-Paul. La liste des expositions et conférences organisées par les mairies d’arrondissement est consultable sur le site de la mairie de Paris, www.paris.fr.

Je vous ferai mon petit compte rendu demain...