Clotilde Reiss, chercheuse française détenue en Iran depuis le 1er juillet 2009

De toutes les photos qu'on nous montre dans les journaux, c'est, de loin, celle que je préfère de Clotilde : les cheveux libres. Noël va bientôt arriver et Clotilde Reiss n'est toujours pas parmi les siens. D'ailleurs, on n'en parle plus trop dans les médias. Plutôt que lancer un débat sur l'identité nationale (je hais ce terme, Pétain y aurait mis des majuscules), Sarkozi-le-Petit (avez-vous lu Hugo ?) et Besson-le-félon feraient mieux de faire valoir de manière forte celle de Clotilde et de la faire rapatrier illico presto. Je crois qu'il est vraiment temps de se montrer plus ferme avec l'autre illuminé. Le coup de pied au cul peut se révéler plus efficace que la bombe atomique.

Piedocul

Détenue depuis le 1er juillet, cette ressortissante du 13e (ça c'est de l'identité !) a d'abord été détenue à Téhéran, dans la prison d'Evin. Elle est, depuis le 16 août, hébergée à l'ambassade de France, sous contrôle judiciaire.

Oh, je sais, ça discute ferme dans les coursives sur la manière de sortir honorablement d'une situation dont personne ne sait se dépêtrer, mais en attendant, j'ai un peu l'impression qu'elle est oubliée par les médias qui la ressortent des tiroirs les jours où aucun membre du gouvernement ne nous assène une connerie, c'est-à-dire tout juste une ou deux fois par mois.

couv3

D'ici à ce que sur les 35 milliards d'euros du grand emprunt, il y en ait 1 ou 2 destiné à cet état voyou et qu'on nous relâche Clotilde la veille des prochaines régionales...

etrefran_ais

ethnieMric_SH__Sarko_Soleil